Étiquettes

Rodin - Le baiser

Auguste Rodin est né le 12 novembre 1840, il y a exactement 173 ans aujourd’hui. Son œuvre intitulée Le Baiser (1888-1898, Paris, musée Rodin) est une des œuvres les plus connues de ce grand sculpteur de la fin du XIXe siècle.

Au départ, en 1882, Le Baiser n’est pas un marbre mais une petite terre cuite, baptisée Francesca de Rimini, un modèle que Rodin a réalisé pour être intégré à la Porte de l’Enfer, cet immense relief sculpté destiné à la future école des Arts Décoratifs. Il représente Paolo et Francesca, les deux amants maudits de La Divine Comédie de Dante (1265-1321). Malheureuse en amour, Francesca s’éprend de Paolo Malatesta, le jeune frère de son mari.  Alors que les deux jeunes gens échangent leur premier baiser, ils sont surpris par le mari de Francesca qui les tue tous les deux.

En 1886, Rodin décide de retirer ce groupe du projet de la Porte de l’Enfer et d’en faire un groupe autonome. Peut-être, réalise-t-il que cette représentation du bonheur et de l’amour est en contradiction avec le message de la Porte de l’Enfer ou peut-être, que ce couple fou d’amour prend tout à coup une nouvelle signification aux yeux de Rodin qui a, entre temps, fait la connaissance de Camille Claudel avec laquelle il vit une passion dévorante… Quoiqu’il en soit, le petit groupe en terre cuite est présenté comme une œuvre autonome au salon de 1887. Le public le rebaptise Le Baiser. Il fait scandale, non pas en raison de la nudité des personnages mais de l’image intemporelle de l’amour qu’il représente. Aucun accessoire ni vêtement ne permet d’identifier les deux amants ou de les lier à une période historique, si bien que les spectateurs s’identifient facilement à eux et peuvent, en quelque sorte, vivre par procuration la magnifique sentiment de fusion amoureuse qu’ils personnifient.

Contre toute attente, cette œuvre est achetée par l’Etat qui en commande à Rodin une version grandeur nature, en marbre, en vue de sa présentation à l’Exposition Universelle de 1889. Rodin confie la réalisation de cette version en marbre à un des praticiens qui travaille dans son atelier. Cependant, ce dernier quitte bientôt l’atelier sans avoir achevé son travail. La version en marbre n’est terminée dans les délais pour être présentée en 1889. Rodin ne la fera achever qu’une dizaine d’années plus tard en vue d’une exposition en 1898. Il voulait en effet présenter à cet événement sa statue d’Honoré de Balzac dont il est certain qu’elle va déclencher le scandale en raison de sa modernité. Le Baiser, qui a longtemps choqué, apparaît, en comparaison de Balzac, comme une œuvre très classique dans ses formes pures et équilibrées. Par un habile tour de passe-passe, l’artiste parvient ainsi à rendre cette sculpture acceptable en la confrontant à une œuvre dont la modernité est bien plus importante. Au fil du temps, l’aspect sulfureux s’efface et Le Baiser devient une œuvre admirée de tous.  Il fut même promu au rang d’image de la France aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996…

Publicités