Mots-clés

, ,

Chantier des collections - récolement Arts de l'Islam

Le magnifique département des arts de l’Islam au Louvre a rouvert ses portes, il y a quelques mois et je n’ai pas eu encore l’occasion de vous en parler. Je profite de cette petite pause dans mon éphéméride pour le faire et vous inciter ainsi à me suivre lors d’une des visites du département que j’organise à l’automne !

Au XI et XIIe siècle, une dynastie dite « des grands Saldjuqides » règne sur l’Iran. Les Saldjuqides sont un peuple nomade originaire d’Asie Centrale. Convertis au sunnisme, ils migrèrent vers le sud et envahirent l’Iran. Ils reconnurent le calife abbasside, obtinrent de lui le titre de sultan et gouvernèrent l’Iran en son nom. C’est sous leur domination que la culture iranienne asservie par les Arabes connut son réveil. Ce renouveau donna aussitôt de grands chefs-d’œuvre en prose ou en vers, notamment le livre des Rois (Shah Nameh), un poème épique, retraçant l’histoire de l’Iran depuis la création du monde jusqu’à l’arrivée de l’Islam, écrit aux alentours de l’an 1000 par Ferdowsi.

Cette coupe « au cavalier fauconnier » date de la fin du XIIe siècle. Elle représente un jeune prince Saldjuqide aux traits asiatiques chevauchant un cheval blanc et tenant sur sa main gauche un faucon. La chasse est un plaisir princier très répandu dès les débuts de l’Islam. Elle fait partie intégrante de la furusiyya, somme des connaissances théoriques et pratiques relevant de domaines variés comme l’équitation, l’art vétérinaire, les jeux et l’art militaire, et essentielles à l’éducation des jeunes prétendants au trône califal.

Outre son indéniable qualité esthétique, qui l’assimile à une superbe page de miniature du Shah Nameh, cette coupe présente la rare particularité d’associer deux techniques décoratives : le lustre métallique et le « haft rang ». Le lustre métallique est une technique très répandue dans le monde islamique, mise au point dès le IXe siècle qui permet d’obtenir des reflets métalliques et nécessite une cuisson à haute température. Elle est utilisée ici sur le pourtour intérieur de la coupe. Le « Haft rang » est une technique de décor de petit feu (c’est-à-dire nécessitant une cuisson à basse température) mise au point par les potiers Saldjuqides à l’époque où cette coupe est créée. Le « Haft rang » (qui signifie « sept couleurs » en persan) permit d’élargir la gamme chromatique à des tons qui ne supportaient pas la température de « grand feu » en procédant à une seconde cuisson à plus basse température pour les pigments fragiles comme le rouge brun, utilisé ici pour les sabots ou le décor de la tunique du cavalier. Ce type de décor qui nécessite plusieurs cuissons différentes est très couteux et réservé aux commandes princières.

Publicités