Étiquettes

,

Stèle d'Ousirour (détail) - IIIe siècle avant JC - Paris, musée du Louvre

Stèle d’Ousirour (détail) – IIIe siècle avant JC – Paris, musée du Louvre – Atoum (tête de bélier et disque solaire) au centre de la barque est protégé par le serpent Méhen qui l’entoure et par les divinités qui l’escortent.

Il y a plus de 4000 ans,  les Egyptiens ont tenté de résoudre, ce qui pour eux était un mystère. Constatant qu’invariablement, le soleil surgissait tous les matins à l’est puis disparaissait le soir à l’ouest, comme englouti par la terre, ils se sont interrogés : où l’astre solaire se cache-t-il pendant les heures où il est hors de notre vue ? Comment effectue-t-il chaque nuit le trajet « retour » de l’occident où il meurt, à l’orient où il renaît ?

Fascinés par le spectacle de la nature, ils donnèrent à ces questions une réponse poétique élaborée à partir de leur observation des phénomènes naturels. Tous les êtres vivants (humains, végétaux, animaux) ayant un cycle de vie, les Egyptiens supposèrent qu’il en était de même pour le soleil. Chaque jour, ce dernier renait jeune et vigoureux sous la forme du scarabée Kehpri ; à midi à son zénith, il prend la forme du puissant dieu Rê-Horakty ; puis, vieillissant, il décline et prend l’aspect d’Atoum, un vieillard à la tête de bélier avant de mourir et d’entrer à l’Occident dans les entrailles de la terre, comme un homme que l’on enterre après sa mort. Ignorant tout de ce monde souterrain dans lequel pénètre le soleil pendant la nuit, les Egyptiens ont imaginé qu’à l’image de leur pays où le seul moyen de communication était le Nil, il était traversé par un fleuve sur lequel le soleil naviguerait à bord d’une barque.

Le voyage du soleil pendant les douze heures de la nuit est raconté dans un livre écrit durant le Nouvel Empire (1500 à 1000 avant JC), appelé Livre de l’Am-Douat ou Livre des Demeures Secrètes. Le monde souterrain nocturne y est décrit comme un espace dangereux où les forces du mal tentent de s’opposer à la marche du soleil et de le détruire. Pour triompher chaque jour de ses ennemis, le soleil est protégé sur sa barque par un serpent appelé Méhen, qui l’entoure de son corps et par les dieux qui l’accompagnent. A la sixième heure de la nuit, le soleil mourant s’enfonce au plus profond de la terre pour atteindre le Noun, l’océan primordial qui a donné naissance au monde. Puis, il se régénère et, à la douzième heure, peut réapparaître à l’est, plein de force, sous la forme du scarabée. Chaque jour le même cycle recommence.

A l’image du soleil qui nait, grandit, décline et meurt puis entame un long séjour dans le monde des morts avant de renaître, les Egyptiens espéraient pouvoir eux aussi renaitre après la mort. C’est pourquoi le Livre des Demeures Secrètes illustre très souvent les tombes à partir du Nouvel Empire.

Advertisements