Mots-clefs

,

Van Eyck, retable de l'Agneau mystique, détail du panneau central

Van Eyck, retable de l’Agneau mystique, détail du panneau central

L’incroyable épopée du retable de l’Agneau mystique – 3e et dernier épisode.

Nous sommes en 1934, le panneau inférieur gauche du retable représentant les Juges intègres a été volé et reste introuvable malgré des recherches de la police belge.

1940

Les Allemands envahissent de nouveau la Belgique. Il faut absolument cacher le retable car on craint qu’animés par un esprit de vengeance, ils ne cherchent à récupérer les panneaux qu’ils ont dû rendre à la Belgique suite au Traité de Versailles (voir épisodes précédents). La Belgique choisit donc de cacher le retable en lieu sûr et de l’envoyer au Vatican. Cependant, en septembre 1949, Mussolini se range aux côtés de l’Allemagne. Les Français proposent alors à la Belgique de mettre l’Agneau mystique en sécurité aux côtés de leurs propres trésors. Le retable est donc mis en caisse et expédié en France, au château de Pau qui héberge déjà une partie des collections du Louvre.

1942

Les Allemands occupent la totalité du territoire français, y compris la ville de Pau. Ils mettent la main sur le retable de l’Agneau mystique et l’emportent vers un lieu inconnu.

1945

Un officier de l’armée américaine chargé de récupérer les biens artistiques volés par les nazis apprend qu’un nombre important d’œuvres d’art, dont l’Agneau mystique, seraient cachées dans une mine de sel en Autriche, à Altausee. A cette date, les bombardements alliés au-dessus de l’Allemagne s’intensifient. Hitler a donné l’ordre d’enfouir les chefs-d’œuvre des musées allemands, ainsi que ceux qui ont été pillées à travers l’Europe dans des mines de sel pour les protéger de ces bombardements. Les conditions atmosphériques qui règnent dans les mines de sel sont propices à leur conservation et ils seront retrouvés intacts. On imagine l’émotion des soldats américains, lorsqu’après avoir parcouru une galerie longue de plus de 800 mètres, ils découvrent à la lumière de leurs lampes, plus de 6000 œuvres d’art cachées dans la mine d’Altausee : tableaux, dessins, tapisseries, œuvres de Rubens, Watteau, Vermeer… et l’Agneau mystique. Le retable sera restitué en septembre 1945 par les Américains à la Belgique lors d’une cérémonie officielle au palais royal de Bruxelles. Il est ensuite escorté en grande pompe à Gand. Joseph Van der Veken, un peintre belge spécialiste des primitifs flamands réalise une copie du panneau Les Juges intègres qui n’a toujours pas été retrouvé.

1956

Le panneau des Juges intègres est évoqué par Albert Camus dans son roman La Chute.

1986

La sécurité du très célèbre polyptique est toujours un sujet d’actualité. Afin de mieux le protéger, il est transféré dans l’ancien baptistère de la cathédrale Saint-Bavon de Gand, transformé en chambre forte.

2012-2017

Le retable fait actuellement l’objet d’une vaste campagne de restauration qui doit durer cinq ans. Cette restauration a lieu dans une salle vitrée du Musée des Beaux-Arts de Gand, sous les yeux du public.

Si vous n’avez pas la chance de pouvoir aller jusque Gand pour l’admirer, je vous recommande le merveilleux site http://closertovaneyck.kikirpa.be qui permet de zoomer sur tous les détails du polyptyque et de l’observer bien mieux encore que dans la réalité ! C’est ce site qui m’a permis de vous montrer le fabuleux détail du panneau central qui illustre cet article.

Pour lire les épisodes précédents de cette épopée, cliquer sur les liens suivants : épisode 1, épisode 2.

Publicités