Étiquettes

, ,

Dorothee Golz

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui j’aimerais vous présenter le travail d’une artiste contemporaine, Dorothée Golz.

Née en 1960 en Allemagne, elle est à la fois sculpteur, illustratrice et photographe. Après avoir terminé ses études à Strasbourg, elle s’installe à Vienne en Autriche où elle vit et travaille depuis 1988. A l’image du phénomène de « mashup » qui se répand dans le domaine de la musique et de la vidéo et qui consiste à mélanger des images ou des sons venant de plusieurs œuvres pour en créer une nouvelle, elle invente dès 2004 le mashup appliqué au domaine des arts visuels et crée un nouveau type d’œuvres qu’elle appelle « peintures numériques » (en allemand « digitale gemälde »). Pour créer cette série, elle intègre grâce à un logiciel de retouche photo des visages issus de tableaux célèbres de la Renaissance ou du XVIIe siècle à des photographies modernes. Ces visages ultra-célèbres reprennent vie grâce à des corps, des poses, des vêtements et un environnement contemporains. L’artiste accorde beaucoup d’attention aux détails, à la composition et à la lumière si bien que le résultat est assez troublant. Je vous livre quelques exemples parmi mes préférés pour que vous puissiez en juger :

En haut à gauche, A.D (2006), une nouvelle version de l’Autoportrait d’Albrecht Dürer (vers 1500, Munich Alte Pinakothek). En troquant le manteau doublé de fourrure de Dürer contre un blouson de cuir, Golz transforme l’artiste allemand du XVIe siècle en un hipster du XXIe siècle.

En haut à droite, Prada Girl (2012), une réinterprétation contemporaine du Portrait d’une jeune fille de Petrus Christus (1465, Berlin, Gemäldegalerie). La jeune fille sage du XVe siècle a gardé sa célèbre toque noire mais a abandonné sa robe corsetée pour une petite robe courte et un sac à main de marque Prada telle une fashionista actuelle.

En bas à gauche, La Belle Ferronnière (2007), en jean slim et T-shirt échancré, est un hommage à La Belle Ferronnière de Léonard de Vinci (vers 1495, Louvre).

En bas à droite, La jeune fille à la fenêtre (2008) pose à contre-jour avec sa robe au voile transparent. C’est une vision moderne et magnifique de La jeune fille à la perle de Johannes Vermeer (vers 1665, La Haye, Maurithuis).

Advertisements