Étiquettes

,

Dargaud - La statue de la liberte de New-York dans l atelier du fondeur gayet

Regardez bien ce tableau. On y voit la statue de la liberté de New-York dans les rues de Paris. Lorsque Victor Dargaud a peint ce tableau en 1884, elle s’y trouvait vraiment !

Vers 1870, Edouard Laboulaye, un politicien français, décide d’accomplir un geste fort pour célébrer le centenaire de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis de 1776 et le rôle décisif joué par la France dans cet événement historique. Laboulaye demande à son ami Auguste Batholdi d’imaginer un projet à la hauteur de l’événement. Ce dernier conçoit une statue colossale, La Liberté éclairant le monde, qui serait implantée sur une île de la baie de New-York. Le nom de cette œuvre évoque le Siècle des Lumières qui vit se développer les notions modernes de liberté individuelle, d’universalité qui aboutirent à la double révolution aux Etats-Unis en 1776 puis, treize ans plus tard, en France, en 1789.

En 1874, dans l’atelier de la rue de Chazelles, 600 ouvriers se mettent au travail pour fabriquer la gigantesque statue qui une fois terminée mesurera 46 mètres de haut. Elle est construite en huit parties. Chaque partie est sculptée dans du plâtre puis recouverte de fines feuilles de cuivre martelées pour épouser les formes du plâtre. La prouesse technique consiste à faire en sorte qu’une fois les huit morceaux évidés de leur noyau de plâtre et assemblés, la statue tienne debout car elle ne fait que quelques millimètres d’épaisseur et pèse 90 tonnes ! Pour répondre à cette gageure, on fait appel à Gustave Eiffel qui conçoit une structure métallique servant de support à l’habillage de cuivre. Puis en 1884, dans la cour de l’atelier, on assemble les huit morceaux de la statue sur l’immense squelette conçu par Eiffel. C’est cette étape qu’immortalise Victor Dargaud dans ce tableau intitulé La statue de la Liberté de New-York dans l’atelier du fondeur Gayet, rue de Chazelles (1884, Paris, musée Carnavalet). La silhouette de la célèbre statue se détache sur le ciel parisien avec à ses pieds, un décor typique du Paris de l’époque où se mêle l’architecture haussmannienne (immeuble de gauche) et celle du Paris plus ancien (commerce de vins à droite). La rue de Chazelles, située dans l’actuel XVIIe arrondissement derrière le parc Monceau, est écrasée par la hauteur colossale du monument. Ce spectacle sera offert aux yeux des Parisiens pendant plus d’un an. En effet, si la statue est achevée et offerte aux Etats-Unis en 1884, elle n’est pas livrée avant 1885 car à New-York le piédestal construit par les Américains pour l’accueillir n’est pas prêt.

Advertisements