Songe d une nuit d ete - Chagall

Ce tableau, intitulé Songe d’une nuit d’été, a été peint par Marc Chagall en 1939 et est aujourd’hui dans les collections du musée de Grenoble.

Il met en scène sur un fond de paysage un couple de mariés inspiré, comme l’indique le titre du tableau, de la comédie écrite par William Shakespeare vers 1595, Le songe d’une nuit d’été. Les mariés évoquent en effet les personnages de la pièce : Bottom et Titania. Titania la reine des fées est tombée amoureuse de Bottom, un tisserand qu’un sortilège a pourvu d’une tête d’âne.

Cependant, à la différence de Shakespeare, Chagall affuble son personnage d’une tête de bouc. Le bouc et la chèvre sont des animaux très souvent représentés par Chagall. Ils faisaient partie de l’univers familier du shtetl qu’il a habité dans son enfance à Vitebsk mais ils sont surtout les animaux que l’on sacrifie rituellement et représentent à ce titre le peuple juif persécuté.

Cet être hybride le peintre en fait donc son double. A la date à laquelle il peint ce tableau (1939), Chagall doit déjà faire face depuis quelques années aux persécutions du régime nazi. Plusieurs de ses toiles ont été brulées en autodafé en 1933 et d’autres ont été présentées à l’exposition sur l’art dégénéré organisé à Munich en 1937.

La mariée qu’il étreint, évoque sans nul doute, sa femme, Bella, mariée à l’éventail bleu que l’on retrouve dans de nombreux autres tableaux du peintre. Les mariés ont un air grave et mélancolique, loin de l’univers féérique et joyeux de la pièce de Shakespeare. A la veille de la deuxième guerre mondiale, Chagall a voulu représenter son couple uni qui se prépare à faire front à la montée des périls qu’il pressent.

Les œuvres de Chagall avec leur juxtaposition de touches très colorées, leur composition naïve et sans perspective, leurs personnages hybrides ressemblent un peu à des dessins d’enfants. Chagall construit ainsi un espace pictural magique, onirique qui n’est ni une fiction, ni une imitation du monde réel mais une expression de son monde intérieur, nourri de son histoire personnelle et de ses bonheurs et de ses angoisses. Un grand nombre d’œuvres de Chagall sont comme ici le fruit de la rencontre entre les événements historiques et le monde intérieur de l’artiste comme le montre brillamment l’exposition « Chagall entre guerre et paix » actuellement au musée du Luxembourg que je vous encourage à aller voir avant qu’elle ne ferme le 21 juillet prochain…

Publicités