Étiquettes

,

opnamedatum: 22-05-2007

Jean-Etienne Liotard est un pastelliste français, mort le 12 juin 1789, il y a 224 ans aujourd’hui.

Il représente le type, assez répandu au XVIIIe siècle, du portraitiste de Cour cosmopolite sollicité par l’Europe entière. Il passa la plus grande partie de sa vie à l’étranger et fit un nombre considérable de portraits au pastel. La qualité de sa production est considérée par les spécialistes comme très inégale. Certaines de ses œuvres sont cependant très admirées. Ingres, à qui l’on ne pas reprocher d’être un mauvais juge en matière de portraits, disait du pastel qui représente Madame d’Épinay (vers 1759, musée de Genève) : « Je ne sais s’il est un plus beau portrait que celui-ci en Europe. »

Si l’essentiel de son œuvre est constituée de portraits, il fit également quelques natures mortes, scènes mythologiques et même un paysage. Apollon et Daphné (1736, Rijksmuseum) a été peint par Liotard lors de son voyage à Rome en 1736 d’après le merveilleux groupe sculpté du Bernin (1622-1625, galerie Borghèse).

Apollon et Daphné - Le Bernin, 1622-1625 -  Galerie Borghèse

Apollon et Daphné – Le Bernin, 1622-1625 – Galerie Borghèse

L’histoire d’Apollon et Daphné nous est raconté par Ovide dans ses Métamorphoses. Apollon, fier de sa récente victoire sur le serpent Python, se moqua de Cupidon qui tirait à l’arc. Cupidon furieux saisit alors la première occasion pour se venger des moqueries d’Apollon. Il avait dans son carquois deux types de flèches : des flèches à la pointe dorée qui font naitre l’amour chez celui ou celle qu’elles touchent et des flèches à la pointe en plomb qui, au contraire, créent le désamour. Il décocha une flèche de plomb dans le cœur de Daphné, une nymphe, fille du roi fleuve Pénée, et une flèche dorée dans celui d’Apollon. Aussitôt Apollon se met à aimer Daphné et à la poursuivre de ses ardeurs. Mais Daphné le fuit et court sans cesse Apollon à ses trousses. Au moment où Apollon va la rattraper, elle supplie son père d’intervenir pour qu’Apollon la laisse enfin tranquille. Au moment où Apollon la touche, elle se transforme en laurier. C’est la scène qui est représentée ici. Le corps de Daphné se recouvre progressivement d’écorce et l’extrémité de ses doigts se couvre de feuilles. Le vieillard en bas à droite représente le dieu Pénée, père de Daphné, accoudé sur une jarre renversée d’où s’écoule de l’eau, selon l’iconographie classique utilisée pour représenter les fleuves. Apollon doit renoncer à Daphné mais en souvenir de son amour pour elle, il tresse une couronne de laurier qu’il dépose sur sa tête. C’est pourquoi, il est souvent représenté coiffé d’une couronne de laurier

Publicités