Étiquettes

Sagrada Familia

Antoni Gaudi est mort le 10 juin 1926, il y a 87 ans aujourd’hui.

La Sagrada Familia, la très célèbre basilique de Barcelone, est l’œuvre de sa vie. Il y consacrera plus de quarante ans. A la fin de sa vie, il se retire peu à peu de la vie mondaine et se voue entièrement à son chef-d’œuvre. Il y consacre sa fortune, ses dernières années, et va même jusqu’à emménager dans son atelier pour travailler toujours plus. Cependant, le projet est pharaonique et il meurt en 1926, alors que seule la façade de la Nativité est achevée. Interrompus par la guerre civile espagnole et la deuxième guerre mondiale, les travaux progressent très lentement car la Sagrada Familia est un temple expiatoire, c’est-à-dire financé uniquement par les dons des fidèles, à l’exclusion de tous fonds publics. Selon les dernières estimations, la construction devrait être achevée en 2026 pour le centenaire de la mort de Gaudi.

Ce qui saute aux immédiatement aux yeux lorsque l’on aperçoit pour la première fois l’édifice, c’est son immense originalité. Aucune autre église ne lui ressemble. Il fallait oser construire un pareil édifice qui semble tout droit sorti d’un dessin animé ou d’un dessin d’enfant à l’imagination débridée. Peu d’architectes occidentaux ne se sont, me semble-t-il, laissés aller à une telle exubérance. Un souffle fantastique semble souffler sur cette œuvre.

Cet aspect profondément original s’explique sans doute en partie par la dimension mystique de la pensée de Gaudi. Très croyant, voué à la Vierge, Gaudi est un fervent mystique. L’édifice a été conçu autour d’une multitude de symboles. Les 18 tours évoquent les douze apôtres, les quatre évangélistes, la Vierge Marie et le Christ. Pour Gaudí, la Sagrada Família est un hymne à Dieu dans lequel chaque pierre est une strophe. Les portes des deux façades latérales sont au nombre de trois, comme les vertus théologales (foi, espérance et charité), et celles de la façade de la Gloire au nombre de sept, comme les sacrements. Les huit colonnes de la façade de la Gloire signifieront, elles, les Béatitudes. Quant aux piliers de la nef, au nombre de 52 (autant que de dimanches dans l’année), ils sont structurés en arbre, se ramifiant en branches plus fines et en feuilles – pour signifier les diocèses et le peuple de Dieu…. Un procès en béatification de l’architecte a d’ailleurs été ouvert au Vatican en 2003. S’il aboutit, Gaudi sera alors le seul deuxième artiste béatifié, après… Fra Angelico.

Publicités