Étiquettes

Cour paysanne - Marco Ricci

Marco Ricci est né à Belluno (en Vénétie) le 5 juin 1676, il y a exactement 337 ans aujourd’hui. Neveu du peintre Sebastiano Ricci, bien plus célèbre que lui, il est peu connu du grand public. Il se forme à la peinture auprès de son oncle et se spécialise très vite dans la peinture de paysage.

Cette gouache sur parchemin, intitulée The Courtyard of a country house ou Cour paysanne (vers 1728, Royal collection of Her Majesty the Queen Elizabeth II) est une œuvre de maturité très singulière. Elle ne représente pas, comme la plupart de ses autres toiles, un paysage agrémenté de ruines mais une scène de la vie quotidienne dans une cour de ferme. A l’extrême droite une femme se penche au balcon pour observer un jeune homme, grimpé sur un petit muret, en train d’arroser un oranger dans la cour. Non loin de là, deux femmes et un enfant sont occupés à laver du linge. Du linge est d’ailleurs en train de sécher, étendu à la fenêtre de la ferme. Ce sujet très simple, issu du quotidien d’une vie à la campagne, est traité de façon réaliste. Ceci est rare encore au début du XVIIIe siècle et très éloigné par exemple des élégantes compositions pastorales de Boucher !

L’escalier et le mur de la ferme sont éclairés par une forte lumière, mais la plupart de la cour est encore dans l’ombre, suggérant ainsi que la scène se déroule de bon matin. Marco Ricci a un sens aigu de l’atmosphère et des effets de lumière qu’il traduit à la perfection, notamment dans la treille qui s’étend en haut de l’escalier ou dans les ombres qui s’allongent sur le mur illuminé. Il faut également noter sa palette très claire (voyez le ciel bleu clair !), ce qui est inhabituel à l’époque et que l’on peut rapprocher de la palette de Canaletto.

Sir John Smith, consul britannique à Venise et grand collectionneur, dû également faire ce rapprochement entre Canaletto et Ricci. Il collectionnait, en tout cas, avec autant de passion les œuvres de ces deux grands peintres vénitiens. Il vendit sa collection au roi d’Angleterre, Georges III en 1763, si bien que les collections royales britanniques contiennent aujourd’hui la plus belle et la plus vaste collections d’œuvres de Marco Ricci et de Canaletto…

Publicités