Étiquettes

Mains priant - Dürer

Albrecht Dürer est né à Nuremberg en Allemagne le 21 mai 1471, il y a 542 ans aujourd’hui.

Mains priant ou Etude des mains d’un apôtre est un dessin à l’encre noire et au crayon sur papier bleu, réalisé par l’artiste en 1508. Aujourd’hui dans les collections du musée Albertina à Vienne (Autriche), ce dessin représente deux mains d’homme jointes dans un geste de prière. Il s’agit sans doute d’une étude préparatoire pour les mains d’un apôtre figurant sur la partie centrale du triptyque Heller. Sur la même feuille, figurait également une étude pour la tête et le vêtement de cet apôtre mais la feuille originale a été découpée. Dürer réalisa au moins 18 études connues pour ce polyptyque dont 9 sont aujourd’hui conservés au musée Albertina à Vienne.

Le triptyque Heller est un tableau d’autel peint entre 1507 et 1509 par Albrecht Dürer et Matthias Grünenwald (Dürer réalisa les panneaux intérieurs et Grünenwald les panneaux extérieurs du polyptyque) à la demande d’un notable de Francfort, Jacob Heller. Le tableau fut détruit dans un incendie en 1729 mais il est connu grâce à une copie réalisée au XVIIe siècle par le peintre Jost Harrich, aujourd’hui dans les collections du musée Historique de Francfort.

Dürer fut de tout temps admiré pour le naturalisme de son dessin. Ainsi dès la XVIe siècle, il fut célébré comme un deuxième Apelle, le grand peintre antique grec admiré pour la virtuosité avec laquelle il parvenait à reproduire la réalité. Ce dessin nous touche par son réalisme mais aussi par l’humilité et la vie de labeur que l’on imagine être celles du personnage auquel elles appartiennent. Ces mains ne sont en effet pas les mains longues et soignées d’un riche patricien mais celles, larges et calleuses, d’un homme qui les utilise au quotidien pour exercer son métier.

C’est sans doute la raison pour laquelle une légende circule au sujet de cette œuvre :

Les frères Dürer, Albrecht et Albert rêvent tous les deux d’étudier l’art à l’Académie de Nuremberg, mais ils sont pauvres. Alors, ils font un pacte; le perdant du tirage au sort ira travailler dans les mines pour financer les études de l’autre. Albrecht gagne.Quatre ans plus tard, Albrecht connaît beaucoup de succès. À son tour, Albrecht propose de financer les études de son frère. Mais les mains d’Albert ont été trop abîmées par le travail de mineur. Il n’est même pas capable de lever son verre avec sa main pour souligner le retour triomphal d’Albrecht. Afin de rendre hommage à son frère, Albrecht dessine ces mains en prière, les paumes serrées l’une contre l’autre et les doigts endoloris levés vers le ciel pour témoigner du dévouement et des sacrifices de son frère.

Belle histoire mais sans aucun doute totalement légendaire…

Publicités