Mots-clés

,

Quatre captifs - Desjardins

Savez-vous que la statue qui ornait à l’origine le centre de la place des Victoires à Paris ne ressemblait en rien à celle qui s’y trouve aujourd’hui ?

La statue actuelle représentant Louis XIV à cheval est l’œuvre de François-Joseph Bosio. Elle a été installée place des Victoires en 1822. La statue originelle, une statue de Louis XIV en pied, a été fondue sous la Révolution, au même titre que toutes les statues à effigie royale de France. Elle était l’œuvre de Martin van den Bogaert, dit Martin Desjardins, mort le 2 mai 1694, il y a 319 ans aujourd’hui.

La place des Victoires est la première place royale française. Elle fut aménagée par Jules Hardouin-Mansart à la demande du maréchal de La Feuillade pour servir d’écrin à la statue de Louis XIV qu’il avait commandée à Desjardins en 1679. Son nom, place des Victoires, rendait hommage au succès de la France lors de la guerre de Hollande, qui s’acheva en 1679 par la paix de Nimègue. La Feuillade, grand courtisan, souhaitait ainsi manifester aux yeux de tous, son admiration pour son souverain. Le monument conçu par Desjardins représentait le Roi-Soleil en pied vêtu de son manteau de sacre, couronné par la Victoire. La statue flanquée de quatre figures d’hommes enchainés reposait sur un piédestal orné de bas-reliefs, le tout mesurait plus de 12 mètres de haut ! Si sa statue royale a été détruite par les révolutionnaire en 1792, les quatre grands captifs qui l’entouraient nous sont parvenus intacts. Ils occupent aujourd’hui une place d’honneur dans la cour Puget du musée du Louvre. Ils symbolisent les quatre nations vaincues lors du traité de Nimègue. Chacun représente un âge de l’homme et un sentiment distinct face à la captivité. L’Espagne est un jeune homme imberbe aux cheveux longs. Le corps nu et redressé, le visage et le regard levés vers le ciel indiquent l’espoir. L’Empire est un vieillard barbu. La tête baissée, son corps ploie sous un abattement résigné. La Hollande est un homme encore jeune à la barbe courte. Le corps nu prêt à bondir et le visage farouche, il figure la rébellion. Le Brandebourg est un homme mûr dont le visage contracté exprime la douleur.

Publicités